3 conseils et 5 étapes pour une réunion efficace

Réussir votre réunion efficace - modèle

Quelle belle surprise dans ma boîte de réception, mercredi dernier ! 😊

Témoignage sur mon blog
Témoignage d’une lectrice de mon blog Les-Supers-Entrepreneurs.com

Encore merci Alexandra pour ton message ! Cela fait super plaisir et cela fait chaud au cœur ! 🙂

Ben, en parlant d’esprit d’analyse, dans cet article, je vais partager avec vous une approche simple et évidente, mais que j’applique systématiquement depuis plus de 12 ans avant de prendre une décision ! 😮 

J’ai tiré ces enseignements du livre best-seller Comment dominer le stress et les soucis de Dale Carnegie. Ce livre fait parti des livres qui me sont très précieux parce qu’il m’a été recommandé par mon père. La première édition du livre date de 1948. 🙂 

Les réunions inutiles pourraient coûter 32 milliards aux entreprises en 2019 (rien qu’en Suisse)

En tant qu’entrepreneur en startup ou en entreprise, vous êtes amené à animer des réunions pour informer sur une opportunité, convaincre sur le bien fondé d’une idée ou résoudre des problèmes dans la mise en place d’un nouveau produit ou d’un nouveau service.

Il y a quelques années avec un collègue, nous avons animé 6 ateliers de 3 heures dans lesquels les collaborateurs rentraient les mains dans les poches et en ressortaient avec des idées et un concept avancé (par groupe).

Nous avons eu près de 50 personnes avec par atelier un maximum de 12 personnes. Nous y formions des groupes de 3 ou 4 personnes. Au bout des 6 ateliers, nous avions aidé à générer plus de 140 idées et 13 concepts avancés. L’objectif de base était de générer des idées d’améliorations pour un des services de l’entreprise. Nous avions donc fait un pas supplémentaire en arrivant en plus à des concepts avancés.

Nous avons design-é ces ateliers dans une approche Design Thinking. C’est quoi le Design Thinking ? Je vous invite à lire mon article : C’est quoi le Design Thinking et à quoi ça sert ? Avec un exemple concret. Nous avons coaché les participants à prendre comme point de départ les frustrations, désirs et besoins des collaborateurs dans une approche empathique

Il se trouve que la frustration la plus citée de loin était liée aux réunions ! :-s 20 % des idées concernaient l’organisation, l’assistanat ou l’évitement de ces dites « réunions inutiles ou trop nombreuses ».

Comment ça ? Vous dites que cela ne vous étonne pas ? 😅

Une étude a été réalisée par l’entreprise Doodle, plus de 19 millions de réunions ont été analysé et des entretiens avec plus de 6.500 professionnels dans différents pays ont été conduit. Cette étude estime que les entreprises pourraient perdre jusqu’à 32 milliards par an (rien qu’en Suisse 🇨🇭) à cause des réunions inutiles.

Alors comment faire ? Je vais partager avec vous 3 conseils et 5 étapes qui devraient vous aider (et aider la Suisse 🇨🇭🙌, évidemment il n’y a pas que la Suisse 🌎 😉 ) à éviter le piège des réunions inutiles… 

– Conseil No. 1 : Prenez conscience du temps perdu dans des réunions inutiles –

Commencez par VOUS, avant de vous attaquer à vos réunions 

Les 5 étapes que je vais vous donner devraient vous aider à assurer une réunion efficace, … mais aussi à diminuer le nombre de vos réunions d’une manière considérable.

Comment ? Cette approche va vous permettre de clairement poser vos pensées et de résoudre le problème sans avoir à l’exposer à quelqu’un d’autre dans 90 % des situations, ou au mieux vous donner les moyens d’exprimer vos pensées d’une manière claire et efficace et gagner et faire gagner du temps aux autres.

Alors ces 5 étapes ! 🙂

1. Rassemblez tous les faits

Neuf fois sur dix, l’homme trouve des prétextes pour éviter l’effort de la reflexion.
– Thomas Edison

Comment voulez-vous prendre une décision sans avoir rassemblé tous les faits ? Listez tous les faits concernant votre problème ou le sujet qui vous préoccupe.

Nous avons souvent tendance à ressembler les faits selon notre propre point de vue. Faites l’exercice suivant : prenez un angle différent à votre problème et observez les faits que vous avez rassemblés. Ajoutez les éléments supplémentaires qui vous semblent manquer.

2. Quel est le problème ?

Un problème bien posé est à moitié résolu. 
– Charles Kettering, ancien vice-président de la General Motors

Définissez clairement le problème à résoudre et posez-le sur papier ou dans un fichier de votre ordinateur.

Le fait de clairement poser le problème noir sur blanc est déjà une grande étape.

3. Quelles sont les causes du problème ?

Pourquoi le problème est-il “un problème” ? Listez clairement les causes se trouvant à l’origine du problème.

Listez une ou plusieurs causes à l’origine du problème, basé sur les faits rassemblés.

4. Quelles sont les solutions possibles ?

Quelles sont les différentes solutions possibles pour résoudre le problème ? Ne vous arrêtez pas à la première solution que vous imaginez, forcez-vous à en lister au moins quatre.

5. Quelle est la meilleure solution ?

A mon avis, l’examen d’un problème complexe, au-delà d’un certain point donne inévitablement naissance à la confusion et au stress. Il arrive un moment où toute investigation supplémentaire s’avére néfaste. Il faut alors se décider et foncer vers le but sans se retourner.
– Wait Philipps, un des grands patrons de l’industrie du pétrole

Pesez le pour et le contre de chacune des solutions dans la liste. La décision prise, agissez !

Voici les 5 étapes à suivre pour diminuer le nombre de vos réunions d’une manière considérable et exprimer vos pensées d’une manière claire et efficace, gagner et faire gagner du temps aux autres. Votre temps vous remerciera. 😊 

– Conseil No. 2 : Appliquez ces 5 étapes et évitez les réunions inutiles –

Et si cela devenait le format de vos réunions ? Voici une idée. 

Je vous lance ainsi qu’à moi-même un défi de 30 jours ! 😅

Le défi : appliquer ce format de résolution de problèmes dans vos prochaines réunions les 30 prochains jours !

Comment faire ?

  1. Copiez ce document dans votre Google drive ou téléchargez-le. 

  2. Complétez le document en suivant les 5 étapes et partagez le document avec les participants.
    Vous pouvez utiliser Google Docs ou le système de votre entreprise. Avec Google Docs, les modifications, annotations, remarques sont directement visibles, en temps réel, à tous les participants.

  3. Rajouter la section suivante dans votre invitation Outlook :
    Réussir votre réunion efficace - modèle
    Ajoutez ceci à votre invitation outlook
    ———————-
    Les réunions inutiles pourraient coûter 32 milliards aux entreprises en 2019.
    Lien vers l’étude

    Je me lance dans une expérience de 30j où j’applique le format suivant aux réunions que j’organise : https://bit.ly/ReunionEfficaceLesRegles

    Voici le document partagé à compléter avant la réunion et qui servira de support à la discussion pendant la réunion : {lien vers votre document partagé}
    ———————-

    [smiley !!!attention!!!] Je vous invite à cliquer sur le lien https://bit.ly/ReunionEfficaceLesRegles qui est une page explicative dédiée aux participants de vos réunions. 🙂

  4. Cliquer sur “Envoyer” ! 🙂 

Faites-le pendez 30 jours.  Observez si cela rends vos réunions plus efficaces et si c’est le cas adoptez-le ! 🙂

– Conseil No. 3 : Partagez ce format de résolution de problèmes dans vos prochaines réunions –

Engagez-vous dans ce défi et dites-le dans les commentaires, ci-dessous. Cela vous  donnera la pression sociale nécessaire pour le faire ! 🙂

  •  
    59
    Partages
  • 59
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment créer un prototype en 1 heure avec POP (Marvel) ?

Pop Marvel Capture


Podcast également disponible sur Spotify, Google Podcast et pleins d’autres plateformes.

Nous étions une équipe de 7 personnes. Nous avions conduit des entretiens avec les utilisateurs (pour l’instant sans utiliser Pop Marvel prototype) afin de trouver un problème, un désir ou une frustration que nous pourrions adresser lié à notre thématique.

Après quelques semaines, nous avions validé une de ces frustrations auprès des utilisateurs. Finalement, nous étions prêts, cette fois : à éprouver l’idée directement. L’idée était de pouvoir commander de la nourriture depuis les portes d’embarquements d’un aéroport, sans quitter son siège. La commande pourrait être faite soit via une application mobile ou une borne de commandes comme au McDonalds.

C’est le moment où l’on doit confronter notre magnifique idée que personne ne connaît à la réalité du marché. J’aime cette étape :  la confrontation avec son marché. 🙂 On le trouve dans la phase Test (Try experiments dans l’image, ci-dessous) dans le Design Thinking ou dans la phase Build (construire) dans Lean Startup. Le principe est de tester votre idée le plus tôt possible afin d’éviter le gaspillage de temps et d’énergies.

Design Thinking Discovers Customers - Nordstrom Innovation Lab
Design Thinking Discovers Customers – Nordstrom Innovation Lab – Brown, J.B., Grigoriu, M, & Lightsmith, J. (2012)

Le seul moyen de le faire, c’est avec un prototype ou un MVP. La définition de Ash Maurya du MVP, auteur du livre Running Lean, est le fait de constituer une offre.

Je décris dans l’article suivant qu’un MVP peut prendre la simple forme d’un pitch (courte présentation), des contacts sur AirBnb et une visioconférence : C’est quoi le Design Thinking et à quoi ça sert ? Avec un exemple concret.

Dans notre projet, à cette étape, nous avions décidé de faire un prototype de l’application que nous avions en tête. Nous l’avons développé en quelques heures avec POP (Marvel).

Dans cet article, je vais partager avec vous comment créer un prototype Marvel en 1 h et confronter votre idée “magnifique” à la réalité du marché.

1. Commencez dans le monde analogique

Il y a juste quelque chose de spécial avec le papier, crayon et le fait de dessiner un croquis dans le “monde analogique” dans les premières étapes qui génère plus de clarté, de meilleurs et plus créatifs résultats que lorsque nous passons finalement à la représentation de nos idées dans le monde digital
– Mon humble traduction d’un extrait du livre Presentation Zen de Gary Reynolds

C’est pour cette raison que lorsque je dois faire une présentation en public avec un support digital, je passe 90 % de mon temps sur du papier avant d’ouvrir l’application powerpoint ou keynote. Et à chaque fois que je n’ai pas respecté cette règle, je l’ai regretté terriblement (ceci dit en passant, je partage toutes mes astuces pour faire une présentation réussie en public dans cette vidéo).

Je vous donne le même conseil dans la création de votre prototype Marvel : commencez avec le papier, vous gagnerez en clarté, créativité, vous obtiendrez un meilleur résultat et vous vous épargnerez une perte de temps considérable.

Mon croquis dans le cadre de ce projet :  

prototype croquis sur le papier
Le croquis de mon prototype Marvel sur le papier

2. Définissez les objectifs de votre prototype Marvel

Gardez à l’esprit que vous n’êtes pas entrain de développer l’application, mais vous voulez simplement tester : votre offre.

Comment allez-vous valider votre offre ? On pourrait se dire : eh ben ! Il suffit de laisser l’utilisateur jouer avec l’application, puis lui demander ce qu’il en a pensé. Dans cette situation, vous allez surtout valider votre ego. 🙂 L’utilisateur va probablement prendre votre application dans les mains, la manipuler quelques instants et vous dire poliment qu’il trouve l’idée intéressante et que l’application est bien faite.

L’objectif n’est pas d’entendre si l’utilisateur trouve votre application/prototype bien. Cela vous vous en fichez, mais complètement. Ce que vous voulez c’est observer si l’utilisateur potentiellement achèterait votre produit ou pas. La réponse est binaire : oui ou non.

Comment vous faites cela ? Vous définissez des déclencheurs d’intérêts

3. Définissez les déclencheurs d’intérêts

Qu’est-ce que c’est ? Des moments précis où l’utilisateur doit faire une action. S’il ne le fait pas cela signifie, malgré TOUT ce qu’il a pu dire : votre offre n’a pas séduit.

Il faut observer un engagement de la part de l’utilisateur. Il va y avoir différents niveaux d’engagement et un engagement ultime.

Dans le cadre de ce projet, par exemple :

  • Est-ce que l’utilisateur a pris l’application dans les mains ?
  • Est-ce qu’il a interagi avec l’application : fait défiler la liste des produits, posé des questions ?
  • Est-ce qu’il a cherché à regarder le détail d’un produits dans la liste ?
  • Est-ce qu’il semble avoir compris l’offre ?

Et l’engagement ultime ?

  • Est-ce qu’il a cliqué sur le bouton “Acheter maintenant” ?
    Quand/S’il arrive à cette étape, nous lui avons fait bien comprendre que cela pouvait se passer. C’est-à-dire, que quelqu’un irait chercher le produit pour lui et l’apporterait à son siège. Nous avons ensuite observer sa réaction. Qu’est-ce qu’il nous a dit finalement ? 🙂 Vous voyez la différence ?

Le deuxième engagement ultime 🙂 :

  • Est-ce qu’il a laissé son adresse email ?
    S’il n’a pas acheté de produits parce qu’il avait déjà mangé ou parce qu’en ce moment il n’avait pas faim, nous lui avons demandé s’il voulait bien nous laisser son adresse email et que nous l’informerons dès que le produit sera disponible.

À cette étape, vous avez fait plusieurs allers et retours entre votre croquis, l’offre et les déclencheurs et vous avez finalisé votre prototype Marvel sur croquis ! J’espère que vous n’avez pas encore ouvert d’applications ! 🙂

4. Essayez de mutualiser certains écrans

Fake it Till You Make it 
– Un aphorisme anglais

Toujours sur votre croquis, essayez d’imaginer les écrans que vous pourrez mutualiser. Sur POP (Marvel), vous allez pouvoir créer des actions selon où l’utilisateur clique sur “l’image”. Le principe est de simuler une action

Il faudrait garder en tête que votre prototype Marvel risque de changer selon l’avancement de votre projet et les apprentissages clients que vous allez faire. Il ne faut surtout pas vous lancer dans quelque chose de compliquer à maintenir, mais en même temps suffisamment personnalisé au niveau de l’expérience utilisateur.

  • Essayer de mutualiser des écrans : un même écran qui apparaît suite à des actions différentes, mais sans que cela rompe l’expérience utilisateur.
  • Imaginez le flux d’interactions (aidez-vous de votre croquis), les écrans qui s’enchainent. Est-ce qu’il y a des écrans de base que vous pouvez ensuite copier-coller et modifier légèrement afin de minimiser les efforts ?

À cette étape, vous avez fait encore quelques ajustements sur votre croquis et vous êtes prêts à passer sur l’application POP (Marvel).

5. Bonjour POP (Marvel)

POP (Marvel) signifie Prototyping on paper; La proposition de valeur de POP (Marvel) : vous aide à transformer votre idée sur papier en un prototype interactif sur iPhone ou Android.

  • Télécharger l’application POP (Marvel) sur votre smartphone et créez un compte
    Pop de Marvel
    Téléchargez l’application sur votre smartphone

     

  • Capturez vos croquis dans POP
    Pop Marvel Capture
    Capturez vos croquis dans POP (Marvel)

     

  • Définissez les enchaînements entre les différents écrans dans POP
    Pop Marvel Enchaînement
    Définissez les enchaînements entre les écrans

     

  • Appuyer sur le bouton “Play” et tester votre prototype Marvel ! 🙂

À cette étape, vous avez encore pu remarquer des ajustements à faire sur vos croquis et enchaînements. Plus on s’approche de la réalité, plus nous remarquons des petits détails qui font la différence. Il est plus facile de faire des modifications sur un croquis sur papier que sur un Design dans une application.

Par contre, je ne vous conseille pas de faire tester les utilisateurs sur cette version. Il faut projeter l’utilisateur au plus proche de la réalité. Pour ceci, je vous propose finalement de digitaliser vos croquis papiers.

Comment on fait cela ? PowerPoint sera votre ami.

6. Bonjour PowerPoint

Prenez l’outil avec lequel vous êtes le plus à l’aise. Il me semble que PowerPoint est un outil que la plupart des gens ont sur leur ordinateur et ont l’habitude d’utiliser. Les objets sont assez simples à manipuler. Sur mon mac, j’utiliserai probablement l’application Keynote.

C’est parti, digitalisez vos croquis ! 🙂

7. Rebonjour POP/Marvel (sur ordinateur)

Vous pouvez upload-er vos écrans/images sur POP (Marvel), en vous connectant sur la version en ligne de POP (Marvel). Définissez les enchainements. Cliquez sur “Play” sur votre smartphone.

prototype digital plateforme web POP (Marvel)
Votre prototype digital sur la plateforme web POP (Marvel)

Voilà vous avez votre prototype Marvel et vous êtes prêts à aller confronter votre marché ! 🙂

Si vous aimez cet article, partagez-le sur vos réseaux sociaux avec vos amis et collègues !

Le BUSINESS MODEL CANVAS expliqué avec un EXEMPLE concret

Startup Weekend (Hackathon) au Jura

Podcast également disponible sur SpotifyGoogle Podcast et pleins d’autres plateformes.

Intéresser par une consultation gratuite de 15 mn ? Contactez-moi via ce formulaire !

Un ami entrepreneur me dit : cela t’intéresserait de créer une entreprise ?… Et il me parle d’un évènement qui s’appelle Startup Weekend. Le principe du Startup Weekend est de créer une entreprise en 48 h ! Une manière intéressante de passer un weekend n’est-ce pas ? 🙂

C’est durant ce weekend que ce produit ma rencontre avec le Business Model Canvas. Dans cet article, je vais vous expliquer qu’est-ce que le Business Model Canvas avec un exemple concret de mes projets d’innovation en entreprise.

De retour chez moi, je lance le navigateur et part à la recherche des mots “Startup Weekend”. Je vois qu’il y a un évènement dans quelques semaines… au Jura, à deux heures de route de chez moi. Je m’inscris. L’idée ? J’en trouve une, la veille, en échangeant à table avec ma femme et ma maman. Je finalise mon pitch (courte présentation) sur la route. Mon objectif : apprendre.

Ma rencontre avec le Business Model Canvas

Mai 2012, je participe à un mon premier Startup Weekend (Hackathon). La flamme entrepreneuriale est rallumée. Je pitch une idée. Je convaincs le jury. Je crée une équipe. Nous travaillons tout le weekend.

Startup Weekend (Hackathon) au Jura
Startup Weekend (Hackathon) au Jura  / Source photo : Startup Weekend Jura Facebook Page
Session Pitch au Startup Weekend Jura
Session de Pitch – vendredi soir / Source photo : Startup Weekend Jura Facebook Page

Ignorez le Business Model Canvas si vous aimez perdre votre temps

Dès la formation de l’équipe, vendredi soir, nous commençons à brainstorm-er sur l’idée et l’approche à adopter pour la développer.

L’enthousiasme du début retombe peu à peu. Après quelques heures, j’ai l’impression que nous tournons un peu en rond. Vous avez déjà eu cette sensation de mettre beaucoup d’énergies, beaucoup de bonne volonté et de tout de même ne pas avancer ? D’échanger, d’avoir l’impression d’avancer, mais n’avoir rien concrétiser ?

Nous étions dans cette situation. Nous avions pleins de bonnes idées, mais nous partions un peu dans tous les sens sans pouvoir vraiment canaliser cette énergie.

Avec l’équipe nous nous donnons rendez-vous, le lendemain matin. 🙂 Je continue tout seul. Il y a encore quelques personnes dans la salle. Je suis à fond. J’aimerais profiter un maximum de ce weekend. Il y a le pitch final devant un jury, après-demain (dimanche après-midi).

Mince, j’ai oublié que nous sommes au Jura. Les hôtels ferment  vers 22 h ici ?! Il est plus d’une 1 h du matin. J’ai de la chance. Je trouve une auberge ouverte dans le coin. Je vais dormir quelques heures.

Le lendemain matin, samedi matin, arrive le mentor de notre équipe, un serial entrepreneur. Il se présente. Il nous demande de dessiner un « tableau »… Ok. Il passe vers les différentes équipes avec la même instruction. Dessinez ce « tableau ». Il revient vers nous. Il nous explique le concept. Nous appliquons. 30 mn plus tard, nous avancions finalement de nouveau dans notre projet. 🙂

Partagez le Business Model (modèle économique) de votre idée sur une seule page

Nous venions de découvrir et de mettre en application la méthode Business Model Canvas. Ce canva allait être la plateforme de communication centrale de notre équipe durant tout le weekend.

Business Model Canvas - Exemple
Le Business Model Canvas de notre produit / Source photo : Startup Weekend Jura Facebook Page

J’aimerais à mon tour partager avec vous le Business Model Canvas, cette innovation, cette matrice d’affaires qui va vous permettre d’innover et de vous démarquer de votre concurrence, mieux communiquer et convaincre.

Qu’est-ce que le Business Model Canvas ?

C’est un outil qui va vous permettre, de piloter votre entreprise, de vous poser les bonnes questions dans le cadre du lancement d’un nouveau produit ou d’un nouveau service, lors de la création d’une entreprise ou d’une startup ou dans le cadre du développement d’une entreprise existante.

Cela va également vous permettre à vous et vos parties prenantes (collègues, investisseurs, partenaires, …) à communiquer efficacement autour d’une idée ou d’un projet.

Effectivement, le Business Model Canvas est un outil très puissant qui permet de représenter un Business Model (modèle économique) et de toutes les composantes stratégiques d’une entreprise, d’un produit ou d’un service d’une manière simple et synthétique. Cet outil permet de résumer le tout sur une seule page. Cette innovation permet de prendre du recul par rapport à son projet et justement de découvrir et adopter des stratégies innovantes pour son idée ou son entreprise.

Cette innovation va de pair avec l’approche Lean Startup. D’ailleurs, la jonction de ces deux méthodes, Business Model Canvas et Lean Startup a donné naissance au Lean Canvas. Le Lean Canvas est une adaptation du Business Model Canvas spécialement approprié lorsque nous nous apprêtons à tester notre premier MVP avec la méthode Lean Startup.

Le Business Model Canvas, cette matrice d’affaires, a été développé en Suisse par Alex Osterwalder et Yves Pigneur dans des travaux de recherches à l’université de Lausanne. Alex Osterwalder et Yves Pigneur sont les auteurs du livre Business Model Generation / Strategyzer.

Le Business Model Canvas est largement répandu et utilisé dans le monde des startups, mais également dans les grandes entreprises.

Les caractéristiques très visuel et pratique du Business Model Canvas permet de le modifier et de s’adapter très rapidement suite des apprentissages que nous allons faire face à notre marché.

Au cours de ce weekend, l’idée a évolué. Elle a changé avec l’influence des membres de l’équipe. Elle s’est enrichit de nos compétences et de nos personnalités. Nous avons transformé plusieurs fois le canvas, en déplaçant, en replaçant ou en ajoutant des post-it.

Quel est la différence entre le Businss Plan et le Business Model Canvas ?

Le business plan est un document demandé par certains instituts de financements, des banques ou des investisseurs. Ce document décrit le modèle économique, la stratégie et les projections financières de votre entreprise ou de votre projet. Je me demande honnêtement si ce document de 50 pages est vraiment lu par qui ce soit.

Dans la vidéo suivante, j’explique ce qu’un Business plan et pourquoi elle n’est pas adapté dans une approche agile : Qu’est-ce qu’un Business Plan ?

Découvrons ensemble les 9 composantes / blocs du Business Model Canvas avec un exemple concret

Pour vous illustrez le Business Model Canvas, je vais prendre l’exemple d’un produit que j’ai pitch-é/présenté lors d’un recrutement. Vous pouvez en savoir plus sur ce recrutement et comment j’ai généré une idée en quelques jours ICI.

Business Model Canvas - Exemple
Business Model Canvas dans le cadre de ce recrutement

Groupes de clients (Customer Segments) du Business  Model Canvas

À qui s’adresse votre produit ou votre entreprise ? Pour qui créez-vous de la valeur ? Qui sont vos principaux clients ?

Dans le cadre de ce recrutement, mon produit innovant était destiné à un aéroport. Après quelques itérations et tests, j’ai décidé de cibler les passagers de l’aéroport et les accompagnants qui viennent chercher un proche.

Toute une panoplie d’outils sont disponibles pour explorer, découvrir et déterminer vos groupes clients. En l’occurrence, dans cette situation j’ai deux groupes de clients.

Si vous voulez en savoir plus sur ces outils et comment j’ai déterminé ces groupes clients dans le cadre de mon projet, je vous invite à lire mon article : C’est quoi le Design Thinking et à quoi ça sert ? Avec un exemple concret.

Proposition de valeur (Value propositions) du Business  Model Canvas

Quelle est votre solution ? Quelle valeur délivrez-vous à votre client ? Quels problèmes, désirs ou souffrances répondez-vous ?

Dans le cadre de ce recrutement, la souffrance ou le désir que j’avais ciblé est le fait que l’aéroport peut être un lieu de fortes émotions. Effectivement, cela peut être un lieu de souffrances où nous quittons un proche pour un certain nombre d’années. Cela peut également être le lieu d’un désir et d’une anticipation, celle de retrouver la personne qu’on a quittée ou de découvrir une personne que l’on attend depuis un certains nombres d’années. Une nouvelle petite-fille ou petit-fils, par exemple.

La solution que j’avais proposée s’appelait : Welcome. L’idée était de pouvoir accueillir son proche dès sa sortie de l’avion, virtuellement avec un message vidéo personnalisé diffusé sur un écran géant.

Si vous voulez en savoir plus sur comment j’ai trouvé et déterminé cette proposition de valeur, je vous invite à lire mon article : C’est quoi le Design Thinking et à quoi ça sert ? Avec un exemple concret.

Canaux de distribution (Channels)

Comment est-ce que votre produit atteint votre utilisateur ? À travers quels canaux vos groupes utilisateurs souhaitent-ils être atteints ? Comment les atteignez-vous ? Comment les intégrez-vous avec les habitudes clients ?

Dans ce projet et au stade du recrutement, j’avais mentionné via les compagnies aériennes, les réseaux sociaux et de la publicité.

Relations clients (Customer Relationships)

Comment maintenez-vous la relation avec votre client ? Quelle relation chaque segment souhaite-t-il que vous établissez et maintenez avec eux ? Comment sont-elles intégrées dans votre modèle économique ?

Exemple : Dans ce projet, j’avais mentionné l’écran géant, l’application mobile et le site web de l’aéroport.

Sources de revenus (Revenue Streams)

Comment générez-vous de l’argent avec votre produit ? Pour quelle valeur ajoutée vos clients sont-il prêts à payer ? Pour quelle offre paient-ils en ce moment ? Quelle est la fréquence de paiement ? Comment préféraient-ils payer ? Quelle est la part de chaque source de revenu sur le revenu global ?

Exemple : À ce stade du projet, j’avais imaginé des encarts publicitaires à louer sur l’écran géant ou une version premium qui débloquerait certaines fonctionnalités supplémentaires.

Ressources clés (Key Resources)

Quelles sont les ressources clés dont vous avez besoin en interne pour développer et maintenir le produit ou votre entreprise ? Des réseaux de distribution ? Des relations clients ?

Exemple : Ici, j’avais mentionné : chef de projets (je postulais pour un poste de chef de projets innovation 😉 ), Marketing , IT et Design.

Activités clés (Key Activities)

Comment décrirez-vous les activités de votre entreprise ? Quelle activités votre proposition de valeur nécessite-elle ?

Exemple : Ici, j’avais mentionné : développement IT, développement architecture/infrastructure, Développement des partenariats et Marketing.

Partenaires clés (Key Partnerships)

Quels sont les partenaires dont vous avez besoin pour développer, faire fonctionner et maintenir le produit / votre entreprise ?

Exemple : Ici, j’avais mentionné : Compagnies aériennes et annonceurs.

Structure de coûts (Cost Structure)

Combien vous coûte votre produit ?

Exemple : Ici, j’avais mentionné : Les adaptations à faire au niveau de l’infrastructure/architecture, Infrastructure IT et le Marketing.

Voyez-vous l’avantage du Buiness Model Canvas ?

Tous ces éléments peuvent évoluer au fur et à mesure de votre projet. Vous pourrez les communiquer facilement via ce canva. Est-ce que vous voyez l’intérêt et la flexibilité qu’offre ce canevas par rapport à écrire tout cela dans un Business Plan de 50 pages ?

Pitch final dimanche au Startup Weekend

Dernière ligne droite, préparation du pitch final et pitch devant des experts et des investisseurs potentiels. C’était des conditions très difficile, vu le peu de temps disponibles pour la préparation et l’état de fatigue des participants. Je ne me souviens plus combien il y avait eu de présentations de propositions de valeurs ? Une dizaine, je crois ? 🙂

Final Pitch - Startup Weekend
Pitch final devant le Jury – dimanche / Source : Startup Weekend Jura Facebook Page
Pitch final devant le Jury
Pitch final devant le Jury – dimanche / Source : Startup Weekend Jura Facebook Page
Le jury en action avant de délibérer
Le jury en action avant de délibérer / Source : Startup Weekend Jura Facebook Page

Est-ce que nous avons gagné le Startup Weekend ? Non.

Est-ce que nous avons gagné quelque chose de plus précieux ? Oui. Une expérience incroyable et un outil que j’ai utilisé les 10 années suivantes de ma vie dans la quasi-totalité de mes projets d’innovation que cela soit des projets de startups ou des projets d’innovation en entreprise et que j’utilise toujours. 🙂

Intéresser par une consultation gratuite de 15 mn ? Contactez-moi via ce formulaire !

Design Thinking – Définition

Design Thinking

Podcast également disponible sur Spotify, Google Podcast et pleins d’autres plateformes.

Octobre 2015 : Wouaouh, j’étais super excité ! 🙂 Youhoooouuuuu, super !  Génial ! 😀 Je venais de recevoir l’appel des ressources humaines d’une entreprise pour laquelle je venais de postuler. Un poste qui semblait super intéressant. Nous avons convenu d’une date et d’une heure pour le 1er entretien. J’étais d’autant plus heureux que pour une autre société, tout récemment, je n’avais même pas été “shortlisté” (sélectionné comme candidat potentiel), là où je pensais être le candidat idéal…

Le premier rendez-vous se passe très bien. Je continue. J’apprends qu’il y a beaucoup de candidats. J’apprends aussi que pour le 2e entretien je vais devoir : présenter une idée innovante ! 😮 Je suis super excité à l’idée et en même temps un peu inquiet à cause de la concurrence…

Dans cet article, je vais partager avec vous comment j’ai généré une idée pertinente en quelques jours qui a convaincu mes interlocuteurs, grâce au Design Thinking.

Oublions la définition du mot Design Thinking et intéressons-nous au contenu

J’aurais pu d’emblée donner la définition : Le design Thinking, c’est des outils pour représenter la pensée d’une manière visuelle et aider à faire émerger l’intelligence collective d’un groupe et la synthétiser, j’aurais pu faire des recherches et vous présenter l’histoire du Design Thinking ou encore vous le présenter comme un processus… Mais la réalité c’est que quand j’ai fait du Design Thinking, je ne savais même pas que cela s’appelait comme ça. Dans cet article, j’ai décidé de partager avec vous comment je l’ai appliqué et à la fin je vous donnerai une définition simple à retenir.

Ok, ce n’était que le 1er entretien. Peut-être, j’étais encore en concurrence contre une vingtaine d’autres candidats ? Dans tous les cas, je me suis dit : même si je ne suis pas retenu cela va être une belle aventure et je vais apprendre pleins de choses. Je suis parti avec mes deux compagnons, mon mac, des post-it, un tableau blanc et un bout de carton. Je vais vous expliquez tout ça…

Business Model Generation et Value Proposition Design - Livres Strategyzer
Mes deux compagnons : Business Model Generation et Value Proposition Design – Livres Strategyzer d’Alex Osterwalder et Yves Pigneur

Design Thinking – Intéressez-vous réellement aux autres

Intéressez-vous réellement aux autres : c’est un des premiers principes du livre best-seller : Comment se faire des amis de Dale Carnegie. Un livre qui a influencé d’une manière déterminante la vie du très célèbre homme d’affaires et philanthrope Warren Buffet (Source : Bilan Magazine).

Il y a une dizaine d’années, j’étais en mission de consutlting dans une grande entreprise à Genève, en Suisse. Le directeur de la société de consulting pour laquelle je travaillais appelait la mission, une mission commando ! 😕 Effectivement, je faisais le boulot d’une personne et demie. Je faisais de longues heures. Entre 12h et 14, je prenais à peine le temps de prendre un sandwich et je mangeais le sandwich sur le chemin de retour. 🙂 Je ne me plains pas. C’est le genre d’expériences qui vous permet d’apprendre beaucoup de choses en peu de temps. Il faut juste que cela ne dure pas d’une manière trop continue.

J’allais prendre mon sandwich dans une station d’essence à côté. Voilà, un sandwich standard quoi. 🙂 Par contre, je trouvais les employés de cette station d’essence super triste. 🙁 Je ne sais pas pourquoi cela me travaillait, mais j’avais cette sensation. Un jour, j’ai décidé d’essayer d’influencer les choses. Je suis parti en direction de cette station d’essence avec un énorme enthousiasme. En m’approchant de la station, j’ai fixé chacun des employés que je croisais et je les ai salués avec un énorme sourire et énorme bonjour… et les employés me l’ont rendu.

Intéressez-vous réellement aux autres et les gens vous le rendront. Vos prospects. Vos clients. Les utilisateurs de votre produit.

Voilà comment je me suis organisé pour appliquer ce principe dans le cadre de ce recrutement

J’ai pris mon bout de carton, un marqueur : j’ai dessiné (Design-é, voir l’étymologie du mot) la partie Customer Profile (Profil client) du Value Proposition Canvas (Canevas de la Proposition de Valeur) de Strategyzer sur mon bout de carton. J’ai pris mes post-it et je me suis posé les questions suivantes : Qui est le client ? Qu’est-ce qu’il essaie de faire ? Qu’est-ce qu’il fait ? Quelles sont ses activités ? Quelles sont ses souffrances ? Ses craintes ? Les obstacles auxquels il fait face dans le cadre de ses activités ? Qu’est-ce qu’il désire ? Quel résultat aimerait-il obtenir ou quel bénéfice concret cherche-t-il ?

Customer Profile/Value Proposition Canvas - Profil Client/Canevas Proposition de Valeur Strategyzer
Customer Profile/Value Proposition Canvas (Profil Client/Canevas Proposition de Valeur) de Strategyzer

Voici à quoi ressemblait mon bout de carton au bout de quelques jours :

Customer Profile/Value Proposition Canvas - Profil Client/Canevas Proposition de Valeur de Strategyzer
Construire (Design-er) un Customer Profile/Value Proposition Canvas (Profil Client/Canevas Proposition de Valeur) avec un bout de carton, un marqueur et des post-it

Comment déterminer qui est mon client ?

C’est une excellente question. Beaucoup de gens ne se la posent même pas. Ils partent dans une idée de solution qu’ils pensent intéressante pour leur marché et c’est leur point de départ. Alors qu’effectivement, la bonne approche est d’abord de déterminer précisément qui est mon client. Si vous ne savez pas à qui vous voulez rendre service comment allez-vous y arriver ? Vous n’êtes pas obligé d’avoir la bonne réponse ou la meilleure réponse dès le départ. Mais il vous faut un point de départ.

Par exemple, mon projet concernait un aéroport. Qui est le (mon) client ? La direction de l’aéroport ? L’employé de l’aéroport, de quel service ? Le passager ? Celui qui revient, vient, part, Etc. ? Celui qui vient pour les vacances, les affaires, l’expat, Etc. ? Etc. Vous voyez qu’il n’y a pas qu’une seule réponse possible.

Prenez votre marqueur, vos post-it et intéressez-vous à votre client, voici quelques idées de comment faire :

  • Essayer de vous mettre à la place de votre client, qu’est-ce qu’il voit, qu’est-ce qu’il ressent, qu’est-ce que son entourage lui dit, qu’est-ce qu’il dit et fait ?
  • Si c’est possible, réfléchissez à votre propre expérience client
  • Google et YouTube évidemment. Dans le cadre de mon projet, c’est dans un reportage d’une émission de télévision upload-ée sur YouTube que j’ai trouvé l’émotion, désir, frustration à laquelle je voulais répondre.
  • Facebook, Twitter, les réseaux sociaux sont une mine d’or pour trouver les souffrances et désirs des clients
  • Demander aux potentiels clients. Mais attention de la manière dont vous formulez vos questions. Votre objectif est de détecter des problèmes, frustrations, des désirs, mais ne partez pas à la recherche de l’idée lors de l’entretien auprès du client.
  • Un peu avancé à ce stade, mais Amazon.com, ou le générateur de mots clés Google peuvent vous donner des indications intéressantes.

Intéressez-vous réellement aux autres, cela pourrait être la définition du mot Empathie.
Ingrédients : un bout de carton, un marqueur, des post-it et de “l’acrylique – 100 ml – couleur empathie” (vous allez comprendre plus bas…).

Design Thinking – Focus et efficacité : se fixer des limites

C’est ma couleur préférée. 🙂 Dans le cadre de la génération d’une nouvelle idée, vous allez, à différentes étapes, avoir à chaque fois un seul élément de départ, qui va ensuite générer, comme on l’a vu pour la question : qui est le client ?, de multiple possibilités. Cela va être pareil pour les problèmes, frustrations et désirs que vous allez découvrir. On le remarque dans l’image – Customer Profile sur mon bout de carton, ci-dessus. Plus tard, cela va se produire aussi pour vos idées de solution…

De la même manière dont nous sommes submergés par différentes priorités dans notre quotidien, nous risquons d’être submergé par la quantité d’information et les différentes directions possibles. Comment garder le focus et rester efficace ? C’est là que vient une étape importante : la priorisation et se fixer des limites. Vous allez prioriser les frustrations, désirs et problèmes que vous avez découverts et vous concentrer sur un seul élément. Vous allez, peut-être, regrouper certaines découvertes qui sont proches ou liées.

Dans le cadre de mon projet, l’émotion, désir, frustration que j’ai sélectionnée : le moment où on quitte quelqu’un à l’aéroport et que la séparation est douloureuse.

En latin definitio, signifie se fixer des limites et est à l’origine du mot : Définition.
Ingrédients : de l’acrylique – 100 ml – couleur définition (vous allez comprendre plus bas… un peu de patience). 🙂

Design Thinking – L’idée, la solution, le produit… 5 minutes

Si j’avais une heure pour résoudre un problème, je passerais 55 minutes à penser au problème et 5 minutes à penser aux solutions. 
– Albert Einstein

Vous avez fait le plus difficile. Il ne reste plus qu’à trouver une idée pour résoudre le problème que vous avez défini pour le client que vous avez défini. Vous allez créer la proposition de valeur de votre produit.

Dans le cadre de mon projet, je notais au fur et à mesure les idées qui me venaient sur un tableau blanc :

Tableau blanc - Proposition de Valeur - Value Proposition
Construire (Design-er) votre Proposition de valeur sur un tableau blanc ou un cahier

Encore une fois, vous allez prioriser et sélectionner une idée. Il est fort probable que vous allez pouvoir regrouper certaines idées que vous avez eues.

A ce stade, je vous conseille également de construire (Design-er) le Business Model Canvas de votre solution.

Dans le cadre de mon projet, voici à quoi ressemblait mon Business Modèle Canvas :

Business Model Canvas - Exemple
Mon Business Model Canvas dans le cadre de ce recrutement

Vous voulez en savoir plus sur le Business Model Canvas ? Je vous invite à lire cet article: C’est quoi le Business Model Canvas ? Avec un exemple concret.

Génération d’idées, priorisation, sélection, c’est l’Idéation.
Ingrédients : un tableau blanc ou un cahier, de l’acrylique – 100 ml couleur idéation (vous allez comprendre… c’est le paragraphe suivent !)  😅

Design Thinking – Définition

On peut avoir l’impression que le Design Thinking est un processus. Il faut faire la phase empathie, coller des post-it. Puis faire la phase définition, retirer tous les post-it et n’en garder qu’un seul. Puis générer des idées, prototyper et finalement tester. Mais en réalité le Design Thinking est une inspiration. Vous allez puisez dedans pour dessiner (Design-er) votre produit comme un peintre va puiser dans différents pots de peintures pour peindre sa toile.

Design Thinking
Les couleurs du Design Thinking

Dans le cadre de mon projet, j’ai fait plusieurs allers et retours entre les différentes phases. Je suis allé puiser dedans selon l’avancement de mon projet et la maturité de mon idée de solution.

Il vous reste encore deux couleurs à découvrir : Prototype et Test.

Design Thinking – Comment faire sortir cette idée de ma tête ?

Pour l’instant votre idée est géniale. Vous savez pourquoi ? Parce qu’elle est uniquement dans votre tête, vous ne l’avez pas confronté à la réalité, vous ne l’avez présenté à personne.

Créer (Design-er) un prototype va vous permettre de matérialiser votre idée et vous donnez les moyens de la confronter à d’autres personnes.

Votre prototype peut prendre la forme d’un simple pitch (courte présentation). En quelques minutes, vous pouvez présenter le problème que vous adresser, donner un nom à votre solution, expliquer quelle est votre solution et comment elle fonctionne.

Dans le cadre de mon projet, c’est l’option que j’ai pris.

Prototype : Matérialisation de son idée et se donner les moyens de la confronter à son marché.
Ingrédients
: acrylique 100 ml – couleur prototype.

Design Thinking – Le réveil

Le danger, ce n’est pas ce qu’on ignore, c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas.
– Mark Twain

C’est le moment d’éprouver votre idée avec des potentiels clients.

Entre temps, j’ai fait un pivot sur mon idée et j’ai décidé de cibler plutôt les gens qui viennent chercher quelqu’un à l’aéroport et il me semblait plus facile d’interviewé des professionnels. Surtout que je vous rappelle que mon temps était limité : quelques jours.

Du coup, je suis allé sur AirBnb. J’ai contacté les top hosts sur Genève et j’ai confronté mon idée. Ce n’est surtout pas le moment d’être timide. Prenez votre courage à deux mains ! 🙂 Sur 14 personnes contactées, 4 ont accepté un entretien via skype dans la semaine.

J’ai appris pleins de choses intéressantes. Je suis retourné puiser dans les différentes couleurs et j’ai finalisé mon idée.

Design Thinking Test Interviews AirBnb
Mon test sur AirBnb dans le cadre de ce recrutement

Testconfrontation de son idée à son marché via un protoype. 
Ingrédients
: acrylique 100 ml – couleur test.

Le 2e entretien

L’idée est ficelée. Il me reste encore à préparer la présentation ! 😅 Tout un art…

L’entretien se passe très bien. Mes interlocuteurs éclatent de rires à la surprise que j’avais anticipé à la fin de ma présentation. C’était plutôt bon signe. Quelques semaines plus tard, j’apprends que j’ai été retenu. Yeessss ! 😀

Je réfléchis à créer un contenu qui explique comment créer un pitch (courte présentation) pour convaincre en prenant pour exemple la présentation que j’ai fait lors de mon entretien. Est-ce que cela vous intéresserait ? Dites-le-moi dans les commentaires ! Voici également un Webinar qui pourrait vous intéresser.

J’ai partagé avec vous comment j’ai design-é un produit innovant qui a convaincu mes interlocuteurs et comment vous pouvez design-er des produits innovants en puisant dans les couleurs du Design Thinking.

Mais n’oubliez pas l’idée n’est que le point de départ…

Quelle est la différence entre la gestion de projets agile (comme Scrum) et Lean Startup ?

Il y a quelques années, j’étais invité à faire une présentation dans le cadre d’une formation Innovation dans une entreprise internationale de plus de 1’000 employés. Il y avait entre 20 et 30 personnes par séance de formation.

J’essaie toujours d’avoir un style et une présentation la plus interactive possible. J’ai proposé aux personnes présentes dans la salle à ne pas hésiter à m’interrompre si elles avaient une question ou une remarque : une personne n’a pas hésité… presque au début de ma présentation ! 😯 🙂

Sa question: Mais en fait, c’est quoi la différence entre la gestion de projets agile (comme Scrum) et Lean Startup ?!

C’est à cette question que j’aimerais répondre dans cet article.

Déjà savez-vous ce qu’est Scrum ou la gestion de projets agile ? Scrum est une méthode de gestion de projets appelée “agile”. Elle a été créée suite au constat que de nombreux projets informatiques échouent dû à l’incompréhension entre le responsable du produit et l’équipe de développement (wiki : Lancé en 2002 ; Première mention de Scrum en 1986).

Le principe de base est de faire des itérations rapides de développements et de livrer un bout de produit toutes les 3 semaines. Ceci permet au responsable du produit de diminuer l’abstraction inhérente lié à un projet informatique. Selon l’avancement, il peut ainsi adapter et prioriser les fonctionnalités à développer dans les prochaines itérations. Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises adoptent cette approche et délaisse les autres méthodes dont le cycle entre les spécifications et le produit finalement “testable” sont en général beaucoup plus longs.

Si votre projet entrepreneurial en startup ou en entreprise comprend un logiciel ou une application web, je vous conseille très fortement de vous intéresser à cette approche. Encore plus, si vous êtes amené à gérer une équipe de développement en direct. Dans ce cas-là je vous conseille l’excellent livre Succeeding with Agile de Mike Cohn. Parce qu’effectivement, il y a appliqué Scrum et appliqué Scrum avec succès, deux choses très différentes. 🙂

Vous arriverez quand même à construire un produit que personne ne veut

Au début de ma carrière, je travaillais pour une ONG. Une mission passionnante. La raison d’être de cette ONG était de rendre l’information de santé public de qualité accessible à tous. Une ONG qui avait été fondé au début de l’internet dans les années 1995. Quand je l’ai rejoint elle fêtait ses 10 ans.

Je travaillais comme développeur Web. Je développais des applications Web pour cette plateforme, une marketplace finalement. Il y avait les bénéficiaires des services que rendaient cette ONG et les médecins et chercheurs qui enrichissaient cette plateforme et l’ONG recevait des fonds pour les services qu’elle rendait (et rend toujours).

Les questions de design, fonctionnalité ou autre choix étaient tranchées par la directrice. Est-ce que nous faisions des expérimentations pour tester différentes alternatives ? Est-ce que nous allions consulter les logs ou Google Analytics pour découvrir des patterns utilisateurs ? Non. C’est la directrice qui tranchait. Elle avait effectivement 10 ans d’expériences a dirigé cette ONG, mais elle se coupait des moyens à disposition pour innover.

Et cela sera souvent le cas dans la plupart des projets et appliquer Scrum ne changera pas la situation. Effectivement, vous diminuerez probablement le coût, vous livrerez le produit à temps et en qualité. Par contre, il se peut toujours que personne ne veuille finalement de votre produit.

Scrum donne les moyens de construire un produit de qualité. Probablement une des meilleures méthodes de gestion de projets, aujourd’hui. Mais, il ne dit pas “quoi” construire. Dans Scrum, le rôle du responsable de produit est appelé Product Owner. Le produit va dépendre de son “expertise”.

Digitalisez de la MERDE et vous obtiendrez… de la MERDE digitalisée 🙂

Une autre tendance est d’adopter des processus existants à des nouvelles plateformes. On peut passer du papier au digital ou d’une application Windows à une application Web. On va copier les fonctionnalités existantes d’une plateforme à une autre.

Eh magique, on peut le faire en Scrum aussi ! 🙂 .

Cette fois, je travaillais comme coordinateur de projets pour une organisation internationale. Je gérais une équipe de 6-7 personnes répartie entre Genève et l’Inde. Le développement du produit occupait une équipe de 60-70 personnes en tout. Les fonctionnalités pleuvaient. Il n’y avait pas un Product Owner, mais plusieurs Product Owners. Est-ce que des expérimentations étaient effectuées pour tester différentes alternatives ? Est-ce que les les logs étaient consultés ou Google Analytics pour découvrir des patterns utilisateurs ? Non. Nous étions dans une phase de copie des processus existants. Est-ce qu’il y a de la créativité ou de l’innovation là-dedans ? Non.

Aussi finalement, vous mettez les indicateurs (KPIs) que vous voulez : Pourquoi parler de l’utilisateur, du visiteur ou du client ou encore du ROI (Retour sur investissement) si on peut parler en termes de fonctionnalités développés ? Dans Lean Startup, le sujet du choix des indicateurs est un élément très important.

La place de la gestion de projets agile (comme Scrum) dans Lean Startup

Lean Startup regarde le projet/produit d’une manière globale et pragmatique. Elle s’intéresse à toutes les parties du projet/produit : désirabilité, faisabilité et ROI (retour sur investissement). Elle fait des expérimentations en contact rapproché avec à son marché. Comme un scientifique dans son laboratoire, mais le laboratoire de l’entrepreneur Lean Startup c’est son marché : le terrain ! La solution, le résultat d’un développement Scrum, n’est qu’un paramètre parmi d’autres.

L’idée dans Lean Startup n’est pas de développer un produit d’une manière itérative, mais de tester des hypothèses d’une manière itérative avec plusieurs produits consécutifs. Lean Startup propose une méthode scientifique pour développer un produit que veulent vraiment les gens. C’est en grande partie l’objet de ce blog ! 🙂 Voir : Mon projet fou: lire les 16 livres essentiels pour les entrepreneurs et les innovateurs en 48 semaines et en publier un résumé toutes les 3 semaines ! 🙂

Lean Startup MVP Source - Crisp's Blog, Henrik Kniberg
Source : Crisp’s Blog, Henrik Kniberg

Eric Ries est le fondateur de Lean Lean Startup, lancé en 2008. Il s’est fortement inspiré de différentes méthodes existantes, comme le Lean Thinking ou Scrum, pour développer le concept Lean Startup.

Le schéma, ci-dessous, illustre la place de la gestion de projets agile (comme Scrum) dans Lean Startup. Scrum c’est aussi et surtout des pratiques d’ingénierie spécifiques et des fois innovantes pour s’adapter à cette manière de livrer des produits rapidement et/ou modifier des composants existants tout en évitant de tout casser.

Source: Nordstrom Innovation Lab – Brown, J.B., Grigoriu, M, & Lightsmith, J. (2012)

Pour information, ce schéma a également été repris par Gartner, quelques années plus tard.

Si vous avez des questions ou des remarques : laissez-moi un commentaire. 🙂 Il est fort probable que cela devienne le sujet de mon prochain article ! 🙂

Mon projet fou: lire les 16 livres essentiels pour les entrepreneurs et les innovateurs en 48 semaines et en publier un résumé toutes les 3 semaines

Je vais tout d’abord me présenter pour ceux qui ne me connaissent pas : je suis Hamidul Huq, j’ai 38 ans, je travaille comme responsable de projets innovation dans une grande entreprise, je suis l’organisateur du Meetup Lunch Entrepreneur à Genève (Suisse) et l’auteur de ce blog pour les entrepreneurs en startup ou en entreprise.

Hamidul Huq

Connaissez-vous le Lean Startup ?  C’est une approche de management de l’innovation qui a été développé par Eric Ries dans les années 2008. C’est une approche employée par les meilleures startups de la Silicon Valley, comme Google, Uber ou encore Amazon. Et depuis quelques années, les entreprises “traditionnelles” l’ont également adopté afin de pouvoir innover et survivre dans l’économie actuelle.

Je vais simplifier au maximum : l’idée principale est d’aller le plus vite possible sur le terrain aux contacts de ses utilisateurs avec son produit, même si le produit n’est pas encore terminé, voir même pas construit du tout 🙂 . Nous rentrons ensuite dans une boucle où nous construisons des produits consécutifs pour tester des hypothèses, mesurer les interactions des utilisateurs d’une manière scientifique, apprendre et adopter son idée, son produit et son modèle économique (business model) jusqu’à avoir un produit que les gens veulent vraiment.

Le fondateur du mouvement Lean Startup, Eric Ries, a créé une série intitulé: The Lean Series – Essential books for Entrepeneurs and Innovators (Lean Series – les livres essentiels pour les entrepreneurs et les innovateurs). Cette collection de 11 livres (en 2020) ont été écrits par les meilleurs acteurs et auteurs du monde des startups et de l’innovation. Les sujets couverts par les différents livres sont des sujets essentiels pour une startup de la création d’une marque à l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA), en passant par la comptabilité financière. Tous ces concepts ont été revus et adaptés d’une manière innovante au Lean Startup et éprouvés par leurs auteurs, spécialistes de leur domaine.

Mon projet fou: lire les 16 livres essentiels pour les entrepreneurs et les innovateurs en 48 semaines et en publier un résumé toutes les 3 semaines

Mon projet est donc de lire les 11 livres de cette série. Vous me direz : alors pourquoi je vois 16 livres dans le titre de cet article ? A cette liste, j’ai ajouté le second livre de certains des auteurs, Eric Ries “The startup Way”, Ash Maurya “Scaling Lean” et celui de Barry O’reilly “Unlearn”. J’ai également ajouté les deux livres incontournables d’Alex Osterwalder et Yves Pigneur (des suisses ceci dit en passant… 🙂 ) “Business Model Generation” et “Value Proposition Design”. Je prends ce défi très au sérieux et je m’y prépare comme pour un événement très important de ma vie : une compétition, un MBA, un mariage (ok là j’exagère 😉 ). Je lis beaucoup, mais là tous ces livres traitent d’un même thème : le business. Je sais que cela ne va pas être facile de rester motivé tout le long, surtout une fois que l’enthousiasme de départ sera retombé. Pourquoi je me lance dans ce défi ? Voici mes raisons :

  • Je n’ai pas fait une école de commerce ou une HEC. A la base, je suis ingénieur en informatique. Suite à deux échecs entrepreneuriaux, je conclus sur le fait que je ne réfléchis pas  assez à la partie financière de mes idées ou projets. Effectivement, c’est un gros problème 🙂 . Je m’intéresse surtout à créer de la valeur et le plaisir de voir des utilisateurs en bénéficier.
    Devant moi, deux solutions : soit je me trouve systématiquement un partenaire (co-fondateur) pour me compléter dans mes aventures ou je me forme sur le sujet. J’ai pris la deuxième option.
  • Il y a six ans, j’ai suivi les 12 modules du Executive MBA/DAS “Entrepreneurship & Business Development” de HEC Genève. Une formation que j’ai payé très très (trop) cher. J’y ai également investi beaucoup de temps et d’énergie (environ 80 heures de travail personnels par module). J’y ai appris beaucoup de choses, notamment sur la finance, la comptabilité ou encore la négociation. Par contre, cette formation ne m’aidait pas suffisamment ou suffisamment rapidement sur comment lancer une startup ou un produit dans l’économie actuelle.
    Pour information, l’approche Lean Startup avait uniquement été abordé dans le cadre d’un seul module, très court et de ce fait d’une manière très superficielle. Lean Startup demande un rythme et une manière de faire différente et remet en question les fondements de toutes les autres disciplines.
  • L’année où j’ai décidé de vraiment me lancer et de faire un break dans ma carrière professionnelle, j’ai rencontré une personne, bien intentionnée et sincère, qui m’a dit: “la première chose à faire si on veut créer son entreprise c’est de faire un MBA”.
    Aujourd’hui, dans un monde où l’information de qualité est à portée de clics, personnellement, je pense que la première chose à faire c’est de choisir le bon livre à lire qui va booster notre vie et bouleverser une ou plusieurs de nos perspectives et surtout passer à l’action.
  • La lecture et l’application des concepts d’un des livres de la collection “Lean Series de Eric Ries” et les deux livres d’Alex Osterwalder et Yves Pigneur (Business Model Generation et Value Proposition Design), m’ont en grande partie  aider  à décrocher mon job actuel dans une grande entreprise, en tant que responsable de projets innovation / entrepreneur en entreprise.
    Aujourd’hui, je suis également régulièrement invité comme orateur à des conférences en Suisse et à l’étranger pour partager mon expérience sur l’application de ces concepts dans des projets d’innovation.
    Je vois clairement l’avantage que pourrait me donner la lecture du reste de la série de livres “Lean Series d’Eric Ries” et les 5 autres livres que j’ai sélectionné. Que cela soit pour les projets pour l’entreprise pour laquelle je travaille ou pour mes projets entrepreneuriaux personnels.
  • J’applique l’approche Lean Startup dans plusieurs de mes projets en entreprise et dans mes projets entrepreneuriaux personnels. J’ai des hésitations sur la stratégie à adopter sur certains projets. Je pense trouver la réponse à mes questions dans ces livres.
  • Lire 16 livres en 48 semaines, et en écrire un résumé et le poster ici sans ruiner ma vie professionnelle et ma vie sociale représente un défi en soi, qui mobilisera au maximum mes capacités d’organisation et d’auto-motivation. Si je procrastine trop, si je ne m’organise pas suffisamment bien, si ma motivation retombe comme un soufflet, je n’y arriverai pas. Et vous serez les premiers à le savoir. Je parlerais donc aussi bien des livres que je lirai que du projet en lui-même.
  • Afin d’expérimenter en réel s’il est possible de devenir un meilleur entrepreneur en lisant et en appliquant les concepts de ces livres. C’est l’objet de ce blog – je n’ai pas voulu créer un blog qui ne parlerait que de ce défi – et je tâcherai de démontrer que c’est possible en vous faisant partager ce que cela m’apporte dans l’entreprise pour laquelle je travaille, dans mes projets entrepreneuriaux personnels, dans ma vie de tous les jours.
  • Afin de partager avec d’autres le résultat de ce projet, en écrivant notamment des résumés clairs, concis et pertinents.

Comment est-ce que je vais m’y prendre ? Voici les règles du défi :

  1. Pour chaque livre, je vais d’abord lire le livre en entier, puis rédiger un résumé global. Il y a certains livres que j’ai déjà lu, mais que j’ai décidé de garder dans cette liste. Parce que je trouve intéressant de les relire et j’aimerais aussi en rédiger un résumé dans ce blog. Les livres que j’ai déjà lu sont: Lean Startup de Eric Ries, Running Lean de Ash Maurya (que je relis régulièrement d’ailleurs) et les deux livres Business Model Generation et Value Proposition Design d’Alex Osterwalder et Yves Pigneur.
  2. Je vais ensuite reprendre le livre et faire un résumé chapitre par chapitre.
  3. Puisque ces livres sont très orientés sur la pratique (et moi aussi d’ailleurs), il y a souvent des exercices concrets à mettre en œuvre. Des cas concrets d’application de ces concepts dans le cadre de mes projets en entreprise ou personnels viendront compléter ceux du livre.
  4. Je suis marié et j’ai des jumeaux de 3 ans. La famille est quelque chose de très important à mes yeux. Pour moi, c’est la famille d’abord. La clé va donc être l’organisation ! Pour voir les astuces que j’utilise pour mieux m’organiser, regardez cette vidéo.

Voici la liste des 16 livres business que je lirai. Certains livres ont été traduits en plusieurs dizaines de langues, dont le français. Mais je pense tous les lire dans leur langue d’origine : l’anglais.

Les 16 livres recommandés par Hamidul Huq :

  1. * Scaling Lean: Maîtriser les indicateurs-clés de la croissance de votre start-up
    Ash Maurya; 273p; (l’orginal : Scaling Lean: Mastering the Key Metrics for Startup Growth)
  2. * Le Modèle Startup : Devenir une entreprise moderne en adoptant le management entrepreneurial
    Eric Ries; 376p (l’original: The Startup Way: How Modern Companies Use Entrepreneurial Management to Transform Culture and Drive Long-Term Growth)
  3. Lean Startup: Adoptez l’innovation continue
    Eric Ries; 320p; (l’original : The Lean Startup: How Today’s Entrepreneurs Use Continuous Innovation to Create Radically Successful Businesses)
  4. La Méthode Running Lean : Comment transformer votre idée en succès
    Ash Maurya; 320p;  (l’original : Running Lean: Iterate from Plan A to a Plan That Works)
  5. Lean Enterprise: How High Performance Organizations Innovate at Scale
    Jez Humble, Joanne Molesky Barry O’Reilly; 352p;
  6. Lean Analytics: Use Data to Build a Better Startup Faster
    Alistair Croll, Benjamin Yoskovitz; 440p;
  7. UX for Lean Startups: Faster, Smarter User Experience Research and Design
    Laura Klein; 233p;
  8. Lean UX: Designing Great Products with Agile Teams
    Jeff Gothelf; 208p;
  9. Lean Customer Development: Building Products Your Customers Will Buy
    Cindy Alvarez; 240p;
  10. * Lean Impact: How to Innovate for Radically Greater Social Good
    Ann Mei Chang; 304p;
  11. Lean AI: How Innovative Startups Use Artificial Intelligence to Grow
    Lomit Patel; 240p; 
  12. Leading Lean: Ensuring Success and Developing a Framework for Leadership
    Jean Dahl; 320;
  13. Lean Branding: Creating Dynamic Brands to Generate Conversion
    Laura Busche; 292p;
  14. * Unlearn: Let Go of Past Success to Achieve Extraordinary Results
    Barry O’Reilly; 240p;
  15. * Business Model Nouvelle Génération : Un guide pour visionnaires, révolutionnaires et challengers
    Alexander Osterwalder et Yves Pigneur; 288p (l’original : Business Model Generation: A Handbook for Visionaries, Game Changers, and Challengers)
  16. * La méthode Value Proposition Design : Comment créer les produits et les services que veulent vos clients
    Alexander Osterwalder et Yves Pigneur; 290p; (l’original : Value Proposition Design: How to Create Products and Services Customers Want)

Je ne vais pas forcément lire les livres dans l’ordre, ci-dessus.

Mon défi commence officiellement… le 1er juin 🙂 ! Rendez-vous le 22 juin pour le premer résumé : Scaling Lean – Maîtriser les indicateurs-clés de la croissance de votre start-up de Ash Maurya.